Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Pour dire non  à l’asservissement de « l’homme par l’homme », à « la pratique esclavagiste» qui se déroule en Libye, une dizaine d'Organisations de la société civile ont marché dans la matinée de ce lundi 20 novembre 2017 sur  la représentation diplomatique de la Libye au Burkina Faso.

Les manifestants ont qualifié cette pratique de « crime contre l’humanité ». L'objectif de cette marche était de dénoncer «les pratiques esclavagistes» qui se déroulent en terre libyenne. Ces OSC ont par ailleurs remis une plateforme à la représentation diplomatique. 

« Nos frères africains sont maltraités et réduits en néant. On les traite comme des animaux et des moins que rien. C’est pour cela que nous nous sommes retrouvés pour marcher sur l’ambassade de la Libye pour dire non à ce qui se passe dans ce pays » a laissé entendre Boukary Conombo, l’un des portes paroles du regroupement d’organisations.

Ces manifestations font suite à un reportage d’une chaîne américaine montrant la triste réalité de migrants africains vendus comme esclaves. La diffusion de ce reportage avait soulevé une vague d’indignation dans les quatre coins du monde.