Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Les musulmans du Burkina Faso ont célébré ce dimanche 25 juin 2017, la fête du ramadan ou Aïr Al-Fitr marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan. A Ouagadougou, la grande prière a eu lieu à la place de la Nation à 9 heures sous la direction de l’Imam Aboubacar Sana, Imam de la grande mosquée de la capitale. Les musulmans ont rendu grâce à Dieu pour l’accomplissement réussi de ce mois de privation qui est synonyme de renouvellement de la foi en Allah. Cette année, la célébration a été placée sous le signe de la justice et de la paix.

« La justice est réellement le fondement de toute société. Toute la population doit se  soumettre à la volonté de la justice afin qu’il y ait l’entraide et la paix. C’est pourquoi à la fin de ce mois béni, il est recommandé de donner l’aumône de  Iftar à ceux qui n’ont pas les moyens afin qu’il n y ait pas un pauvre qui n’ait pas à manger. (…) C’était l’un des messages fort du sermon de l’imam » a indiqué El Hadj Atimi Démé, vice-président de la communauté musulmane.

Pour le célébrant principal, ce jour doit être une journée de grâce, de solidarité et de reconnaissance à Allah. A la fin de son sermon, il a prié pour la paix au Burkina tout en demandant à Dieu de bénir les autorités du pays ainsi que tous les décideurs.

Il a, en outre, exhorté les fidèles musulmans à cultiver la paix, la tolérance et le vivre-ensemble. Il n’a pas manqué de leur indiquer qu’il est souhaitable de jeûner six journées de plus à la fin de ce mois béni pour plus de grâce.

Comme à l’accoutumée, les représentants de l’Eglise catholique ont effectué le déplacement de la place de la Nation. Cette année, l’archevêque métropolitain de Ouagadougou, le Cardinal Philippe Ouédraogo était représenté par l’abbé Apollinaire Dibendé, secrétaire épiscopale.

« C’est une habitude pour la communauté catholique à travers son premier responsable de venir à chaque fête de Ramadan ou de Tabaski manifester sa proximité et sa fraternité vis-à-vis des  musulmans. (…) Au-delà de cela, nous venons apporter le message du Vatican à l’endroit des musulmans. Cette année, le message a pour thème : chrétiens et musulmans, ensemble pour la sauvegarde de la maison commune » a laissé entendre l’abbé Dibendé au nom de l’archevêque de Ouagadougou.