Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Après l'assassinat le 09 août au Niger de six Français et de deux Nigériens, Paris a estimé hier samedi, que la zone sahélienne et ses pays limitrophes, "ne peuvent plus désormais être considérés comme totalement sûrs" pour les Occidentaux.

«La menace d’attentat et d’enlèvement visant des Occidentaux demeure élevée dans la zone sahélienne mais aussi dans les pays limitrophes. Aucune zone ne peut plus désormais être considérée comme totalement sûre», fait remarquer le ministère français des Affaires étrangères.

Pour ce qui concerne spécifiquement le Burkina Faso, c’est tout le sud du territoire qui est placé dans le rouge par le Quai d’Orsay qui «déconseille formellement» depuis le 15 août aux voyageurs d’aller dans ces zones. Sont donc concernés des villes comme Pô, Léo, Ouessa et le parc animalier de Nazinga, à la frontière ghanéenne.

Il en va de même pour Douna, Banfora et Niangoloko, à la frontière ivoirienne, ainsi que Ouahigouya qui était à la limite de la zone rouge, dans le nord du pays, et Kaya, dans le centre-nord. La situation sécuritaire s’est fortement dégradée dans ces régions, ces derniers mois.

Ces territoires du Burkina Faso étaient jusqu’à hier, samedi, en «zone orange», c’est-à-dire «déconseillés sauf raison impérative». 

À ce jour, les deux plus grandes villes du pays, Bobo-Dioulasso et Ouagadougou, la capitale, demeurent en zone orange.

Ces modifications interviennent après celles du Niger et du Mali. Trois grandes villes maliennes - Kayes, Sikasso et Ségou - sont ainsi désormais marquées et classées en «zone rouge».

Cette extension a lieu une semaine après l’attaque de Kouré, au Niger, qui a coûté la vie à six humanitaires français et deux guides nigériens.

Il est par conséquent formellement déconseillé de se rendre dans les zones rouges au Mali, au Niger, en Mauritanie mais aussi dans l’ensemble des zones rouges des pays frontaliers.  Les ressortissants français qui se trouveraient dans ces zones doivent savoir que leur sécurité et leur vie sont explicitement et directement menacées. 

Avec RFI et AIB

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir